Avène : Démaquillant douceur pour les yeux

Avène Démaquillant Douceur pour les yeux

Allez, aujourd’hui, juste un petit article pour vous parler du dernier démaquillant yeux que j’ai pu essayer. Il s’agit du Démaquillant douceur pour les yeux d’une de mes marques chéries Avène. Vous commencez à le savoir, c’est devenu une des marques pour lesquelles j’y vais les yeux fermés.

Jusqu’à ces derniers temps, je vous avoue que je n’utilisais pas de produits particuliers pour me démaquiller les yeux (sauf vraiment quand je porte du waterproof) mais comme j’avais cette petite bouteille sous la main, je me suis dit pourquoi pas.

La texture est assez amusante. Et franchement je ne m’y attendais pas trop quand je voyais le produit dans le flacon. Je voyais que c’était un peu plus épais que de l’eau mais rien de plus. Le produit a en fait une texture gélifiée. De ce fait, je trouve que ça permet de mieux doser le produit et de ne pas en mettre une tonne sur notre coton à démaquiller. En plus de ça, la texture est très agréable sur la peau, très fraiche et en même temps très douce.

Ce que j’ai aimé, c’est que le produit ne pique pas les yeux, et démaquille plutôt bien à condition de laisser poser un peu le coton sur le maquillage. Il ne démaquille pas le waterproof mais ça, on s’en doutait. Pour les maquillages très chargés type smoky, vous aurez un peu plus de mal avec ce démaquillant. Comme son nom l’indique, c’est un démaquillant « douceur » de ce fait, je dois utiliser plus qu’un coton pour arriver à bout du make-up.

Suite à ça, je n’ai pas les paupières irritées et elles ne tirent pas. Ce démaquillant contient quand même 92% d’eau thermale Avène et en plus de ça, il est sans parfum et sans paraben. Bref, un produit tout doux pour les yeux sensibles. Et en plus je prends toujours plaisir à l’utiliser !

Avène – Démaquillant douceur pour les yeux
Prix de vente : dans les 12€
Contenance : 125 ml

Continue Reading

Estée Lauder : Pure Color Envy Impulsive & Decadent

Estée Lauder : Pure Color Envy Impulsive & Decadent

Je suis définitivement en rythme vacances. Genre, pour moi, le début de semaine existe pas et j’ai que des semaines de 3 jours. Si si. Quoiqu’il en soit, je vais quand même vous présenter les nouveaux rouge à lèvres de Estée Lauder : les Pure Color Envy.

J’ai pour ma part reçu deux coloris. Bon, à l’origine, ce n’est pas du tout le genre de coloris que je porte mais pourquoi pas. Et surtout, l’un des deux ne me va absolument pas car plus clair que la carnation de mes lèvres. Donc je trouve que l’effet n’est pas des plus avantageux sur moi.

Il s’agit des coloris :

  • Impulsive : un rose un peu éteint
  • Decadent : un bordeaux prune profond

Estée Lauder : Pure Color Envy Impulsive & Decadent

Sinon, dans les grandes lignes, les Pure Color Envy sont des rouge à lèvres sculptant si je puis dire. La marque nous promet une couleur profonde, le RAL permettrait de sculpter nos lèvres grâce aux pigments multi-facettes et nous apporterait nutrition avec une hydratation en continu. La gamme de teintes a été élaborée pour que ce soit des coloris qui mettent en valeur les courbes des lèvres.

Et une fois porté, qu’est-ce que ça donne ?

Estée Lauder : Pure Color Envy Impulsive & Decadent

Estée Lauder : Pure Color Envy Impulsive & Decadent

Comme dit précédemment, Impulsive est définitivement pas pour moi. Trop froid, trop clair, il vient me plomber le teint et n’a pas un effet très élégant sur moi. Cela dit, pour certaines au teint clair, je pense que cela pourrait faire un joli nude frais.

Estée Lauder : Pure Color Envy Impulsive & Decadent

Estée Lauder : Pure Color Envy Impulsive & Decadent

Decadent est plutôt un coloris d’automne/hiver. Même si c’est une teinte qui me va au teint, j’ai du mal à porter des RAL aussi foncés. Je trouve que ça me donne un air sévère alors qu’habituellement, j’ai pas non plus la tête la plus joyeuse du monde alors disons que ça ne m’améliore pas. Cela dit, je trouve la teinte très belle, ni trop foncée ni trop claire, un bordeaux prune parfaitement dosé.

Sinon, ces RAL sont effectivement très confortables à porter. De toute façon, à partir du moment qu’on commence à l’appliquer on se rend compte de la douceur du RAL. C’est crèmeux, ça glisse tout seul et surtout on ne sent pas trop la matière sur les lèvres. La tenue est plutôt bonne. La marque annonce dans les 6h, et je devais pas être loin du compte avant de faire une retouche. Je n’ai pas remarqué de desséchement particulier alors cette histoire d’hydratation en continu a l’air d’avoir fonctionné sur moi.

Personnellement, je crois que je vais peut-être me pencher sur les autres coloris… :)

Estée Lauder – Pure Color Envy
Prix de vente : 30€

Continue Reading

Clarins : Truly Waterproof Mascara 02 Curaçao – Colours of Brazil / Eté 2014 – Du pep’s sur les cils !

Clarins : Truly Waterproof Mascara 02 Curaçao - Collection Brazil / Eté 2014

Si vous avez envie de mettre un peu de fun sur vos cils, j’ai une solution toute trouvée pour vous. Depuis que j’ai essayé le Truly Waterproof Mascara de Clarins dans le coloris Curaçao, je peux vous dire que je l’ai trouvé bien fun et j’aime plutôt bien l’effet qu’il fait quand on le porte seul sans autre maquillage. Je n’ai pas spécialement envie de le porter avec autre chose comme make-up parce que sinon je trouve que ça fait un peu too much.

Clarins : Truly Waterproof Mascara 02 Curaçao - Collection Brazil / Eté 2014

Le coloris Curaçao est donc un joli bleu électrique. La couleur que vous voyez sur le tube est la couleur que vous avez pour le mascara. Le genre de bleu qui semble presque avoir sa propre luminosité si vous voyez ce que je veux dire.

Clarins : Truly Waterproof Mascara 02 Curaçao - Collection Brazil / Eté 2014

Vous comprenez maintenant pourquoi je disais que je veux le porter sans aucun make-up parce qu’effectivement, il se suffit à lui-même.

Le mascara en lui-même, je l’aime plutôt bien. Clarins annonce volume, longueur et une tenue de 12h et franchement, il fait plutôt bien le travail. La longueur est bien au rendez-vous (mes cils sont à deux doigts de frotter contre mes verres de lunettes :D), pour le volume, ça me semble plutôt pas mal et pour la tenue, il tient plutôt bien. Personnellement, je trouve qu’il s’émiette légèrement au bout de quelques temps mais rien de dramatique.

Clarins – Truly Waterproof Mascara
Prix de vente : 26,50€

Continue Reading

Mainsquare 2014 : Sous le soleil ou la pluie, toujours une réussite !

Mainsquare 2014 : Sous le soleil ou la pluie, toujours une réussite !

Le festival du Mainsquare fêtait cette année ses 10 ans, il se déroulait du jeudi 3 juillet au dimanche 6 juillet. Chaque année, je trépigne d’impatience de connaître le line-up final, chaque année je me dis que je vais le faire. Ces dernières années, j’aurais donc fait l’édition de 2014, 2013 et 2011. Je ne me rappelle plus trop pourquoi je ne l’ai pas fait avec Akikazu en 2012 mais voilà, je crois qu’on a oublié une année quoi xD

Quoiqu’il en soit, cette année, grâce à SFR Live, je me suis donc retrouvée à faire le festival en VIP. Ouais, rien que ça. Donc en gros, qu’est-ce que ça change ? Et bah, on a droit à une zone VIP abritée par une tente où on peut s’asseoir tranquillement à une table. Et cette année, il y avait également une petite zone au coeur du public protégé par des barrières pour les VIP (où franchement, avec la sécurité qui était là, on avait l’impression d’avoir des gardes du corps) et j’ai trouvé cette zone top parce que moi qui n’aime pas trop être compressé par le public, généralement, je me retrouve à faire les concerts en regardant essentiellement les écrans géants. Et bien cette année, j’ai quasiment fait aucun concert en mode écran, et ça, c’est quand même génial.

Bon sinon. Quelques jours avant le festival, je regardais attentivement la météo et là je me rends compte que je vais surement faire mon 1er festival sous la flotte. Jusqu’alors, j’avais toujours été épargnée parce que j’avais toujours fait ça sous un soleil magnifique.

Dans le doute (on sait jamais, la météo peut se tromper), j’emporte quand même avec moi l’essentiel de la trousse beauté d’une festivalière quand il y a du soleil :

– Une petite bombe d’eau thermale d’Avène
– Le Réflexe Solaire SPF 50 d’Avène
– Le Stick SPF 30 Avène pour les lèvres (à l’édition de 2011, sans m’en rendre compte après une journée de festival sous le soleil, je me suis retrouvée avec un coup de soleil sur les lèvres, c’était tellement infâme que désormais quand je sais que je reste des plombes au soleil, je n’oublie pas cette zone !!)
– Et L’huile solaire SPF 30 toujours d’Avène

Mais n’étant pas totalement folle, j’emporte aussi :

– Un poncho
– Une casquette (pour bloquer la capuche parce qu’avec mes lunettes, c’est nul les capuches sans visière)
– Une paire de bottes en caoutchouc

Puis la crème de la crème, je prends TRÈS grand soin de mes oreilles et je sais ce que donne l’intensité du son du Mainsquare alors j’emporte avec moi mes Acoufun. Avec eux, je profite des concerts sans me soucier de mon audition parce que je suis bien protégée. Et limite on profite même mieux des concerts parce que c’est comme si les Acoufun venait diminuer le bruit ambiant ou la saturation. Bref, j’entends mieux avec ses bouchons (même si ça peut vous paraitre absurde comme ça).

Bref. Quoiqu’il en soit, je ne pouvais pas faire la journée du jeudi. J’étais un peu triste parce que bon, il y avait quand même Ghost, Mastodon, Alice in Chains et Iron Maiden. Une journée métal quoi en somme. Mais j’étais déjà prise ailleurs alors je ne pouvais pas être à Arras dès le 1er jour.

Mais c’est pas grave, j’ai commencé du vendredi. Avec un peu de retard (N’EST-CE PAS AKIKAZU), ce qui fait que j’ai loupé Triggerfinger. De ce fait, on a le temps de se poser un petit peu avant de commencer le festival :

mainsquare-06 Mainsquare 2014 : Sous le soleil ou la pluie, toujours une réussite !

On attend tranquillement, on se prépare aussi mentalement à survivre à 3 jours de concerts (si si, je vous jure qu’il faut se préparer à ça). Même s’il ne pleuvait pas quand on est arrivé, dans le doute, j’ai quand même pris mes bottes dans un sac et le poncho dans un autre.

On part pour Imagine Dragons. Et là, c’était quand même bien bien chouette.

Mainsquare 2014 : Sous le soleil ou la pluie, toujours une réussite !

La pluie, cette petite marrante, a eu la gentillesse d’attendre la fin du concert pour se déclarer. De ce fait, c’était assez marrant de voir les gens presque en panique dès que la pluie a commencé à tomber. Avec Akikazu, on est restées stoïques. On a sorti les ponchos, j’ai sorti mes bottes. Et on s’est dirigée tranquillement et au sec vers la tente VIP. On a été sacrément avisée de prendre notre « matos » parce que quand on en voit certains en festival, on se demande comment ils vont faire pour ne pas chopper une pneumonie.

Mainsquare 2014 : Sous le soleil ou la pluie, toujours une réussite !

Mainsquare 2014 : Sous le soleil ou la pluie, toujours une réussite !

Ayé il ne pleut plus. Et maintenant admirez ma dégaine. On peut le dire : HEUREUSEMENT QUE JE NE SUIS PAS BLOGUEUSE MODE !

Bref. Il se fait faim. S’il y a un stand auquel je ne peux pas résister à chaque Mainsquare c’est le stand de grillades argentines au feu de bois. Et du coup, je me prends THE assiette de travers de porc.

Mainsquare 2014 : Sous le soleil ou la pluie, toujours une réussite !

Je sais que c’est pas super healthy mais c’est bien trop bon pour que je puisse y résister.

Sinon après Imagine Dragons, c’était Franz Ferdinand. J’ai vraiment bien aimé (je vous épargne les photos) et ensuite on a enchainé avec The Black Keys. C’est toujours aussi sympa même si j’aime moins leur dernier album. Entre temps, on a tenté un passage vers la scène de la GreenRoom pour aller voir WoodKid. Je pense que j’étais pas dans l’ambiance pour apprécier. J’ai écouté une chanson et je suis repartie.

Mainsquare 2014 : Sous le soleil ou la pluie, toujours une réussite !

On a tenté un peu de Skrillex. Les basses étaient vraiment trop puissantes. Mon corps entier vibrait. Je sentais même mon nez (alors qu’habituellement, c’est quand même pas un truc qu’on sent hein). Cela dit, c’était quand même quelque chose de le voir. On repart vers la GreenRoom pour tester l’électro de Gesaffelstein. Et… J’avoue que je ne sais toujours pas ce que j’en pense. Je suis vraiment partagée. Un coup j’aime bien et d’un coup, je peux pas. Donc bon…

Et tout ça, c’était que pour la 1ère journée. Pour la journée du samedi, on arrive un peu tôt au festival. On en profite pour aller faire un tour au stand SFR Live. Ils proposent un accès WiFi gratuit sur leur stand et ça, c’est plutôt cool. On peut aussi s’amuser à essayer des instruments. Et il y a également des petits jeux (quiz) où on peut gagner des lots.

On se dépêche de revenir vers le Main Stage parce qu’il y a Yodelice qui va commencé. Je l’avais vraiment découvert à l’édition 2011. En fait, j’avais déjà entendu de temps en temps à la radio, ou à la télé, j’aimais bien mais sans plus. Puis en live, c’était quelque chose que j’avais apprécié. Alors le fait qu’ils reviennent pour cette édition de 2014 fait que je ne pouvais pas louper leur concert. Et encore une fois, c’était réussi. Ils ont réussi à faire bouger le public et pourtant, à mon sens, commencer en premier sur le Main Stage c’est pas forcément le plus évident parce qu’il faut réveiller les festivaliers si je puis dire.

Bon manque de chance, il s’était remis à pleuvoir. On fait le début de John Butler Trio sous la pluie.

Mainsquare 2014 : Sous le soleil ou la pluie, toujours une réussite !

Avec les parapluies, pas toujours évident de réussir à voir quelque chose. Personnellement, je connaissais de nom mais je n’avais jamais pris le temps d’écouter. Tout ce que je sais, c’est qu’on m’avait dit que c’était chouette. Et effectivement, j’ai vraiment beaucoup aimé. Je crois que ça a été mon premier coup de coeur du festival.

Après, je reste pour MGMT. Je voulais absolument les voir. Les pauvres ont commencé sous la pluie. D’ailleurs je me demande si c’est pas pour ça qu’ils ont commencé par leurs titres les plus connus, histoire peut-être de nous motiver à rester ou je sais pas. Mais quoiqu’il en soit même si j’ai aimé les entendre. J’étais déçue de les voir sur scène.

Mainsquare 2014

Pourquoi ? Parce que c’était mou. En fait, ils étaient absents. Finalement, je me serai passé le CD, ça aurait être quasiment la même chose. La seule chose dont je me satisfais, c’est juste de les avoir vu en live…

Avec Akikazu, on se prend une pause pour manger. On s’est fait des sandwichs de luxe (quand je dis de luxe, c’est parce qu’on a tapé dans le magret de canard, la tapenade ou encore du Pata Negra).

On se prépare pour Stromae. Personnellement, je ne suis pas une grande fan. J’aime bien mais je ne l’écoute pas de moi-même. Cela dit, le Mainsquare est une excellente occasion de le voir en live. Et là, c’est une très bonne chose parce que c’est vrai qu’en live, il dépote quand même pas mal. Je peux même le dire, pour le coup, j’ai vraiment apprécié et ça ne me dérangerait absolument pas de le revoir en concert !

On se tente un peu de Paul Kalkbrenner après. C’est spécial. Je ne suis pas très fan mais pourquoi pas de temps en temps. 1h après, j’insiste pour qu’on se dirige vers la GreenRoom pour aller voir Disclosure. Evidemment, je n’attendais qu’une seule chanson : You & Me. Et bien entendu, je l’ai eu. Puis on décide de se rentrer parce qu’il nous reste encore une journée.

Malheureusement, du dimanche, la météo est vraiment pas favorable. Alors que jusqu’à dimanche, il pleuvait que par intermittence, là nous sommes obligées de partir sous la pluie au Mainsquare. Alors qu’habituellement, nous faisons la route à pied, nous optons pour la navette car la pluie est vraiment battante et qu’on a déjà revêtu notre attirail de guerre.

Mainsquare 2014

Arrivées sur le site, il continue de pleuvoir. Akikazu décide de rester sous la tente VIP. Moi je tente une percée pour aller voir un peu de Keziah Jones. Je reste 10 minutes sous une pluie monstrueuse (en étant quasi seule dans le zone VIP devant le Main Stage – et je plaignais intérieurement le service de sécurité qui restait là sans bouger) pour me rendre finalement compte qu’en fait, Keziah Jones j’aime pas vraiment ça. Je me replie donc vers la tente VIP pour attendre le concert suivant.

En fait, il faut le savoir, le dimanche était LE jour que j’attendais le plus au Mainsquare parce qu’il y avait deux groupes que je ne voulais absolument pas rater.

Et j’avais raison. Arrive le concert de Rodrigo y Gabriela. Et là, c’était juste du bonheur pur. Ils ne sont que deux, juste accompagnés de leur guitare et à eux deux, ils arrivent à mettre une ambiance de malade.

Mainsquare 2014

On a même eu le droit à une reprise de Creep de Radiohead et franchement, autant habituellement je suis critique sur toutes les reprises de cette chanson que j’ai déjà pu entendre, autant là, c’était juste parfait. Bref, j’ai adoré, et je veux encore les revoir !!

Puis c’est le moment du groupe que je voulais ABSOLUMENT voir. Limite, je faisais le Mainsquare que pour eux, tellement j’ai développé une addiction profonde à ce groupe depuis cette année.

Mainsquare 2014

The Parov Stelar Band. De l’électro swing de folie. Une ambiance géniale. De l’euphorie puissance 10 000. Vous l’avez compris, je ne suis pas déçue, je suis carrément enchantée. J’ai littéralement adoré, j’en veux encore parce que je n’en ai pas eu assez (quelque chose me dit que je risque de retourner les voir au Cabaret Vert !).

Bref, je redescends un peu. Et c’est parti pour un peu de Détroit. Je n’avais pas encore vraiment écouter ce que faisait le nouveau groupe de Bertrand Cantat. Et j’ai eu une belle surprise. Parce que j’ai trouvé ça plutôt chouette.

On enchaine avec -M-. Egal à lui-même, son concert est très agréable. On retrouve les chansons qu’on connait par coeur et les chansons qu’on connait un peu moins mais qu’on aime quand même. Je suis résolument fan de ses lunettes lumineuses en forme de M et je suis aussi fan de sa Kitara.

Puis vient le dernier concert pour clôturer ce MainSquare. On a droit à David Guetta. Alors entre nous, je vous épargne tout le mal que je pense de David Guetta (enfin le « mal »). J’ai un peu de mal avec le personnage parce que je le trouve quand même particulièrement tête à claques. Alors j’étais limite là à me dire : finalement, ce serait presque pas mal que son show soit tout pourri parce que ça m’apporterait de l’eau au moulin. ERREUR FATALE. J’avoue, le voir, c’est quand même quelque chose parce que c’est un vrai spectacle. Et sans le vouloir, on se retrouve à bouger comme des dingues sur ses « musiques ». Du coup, c’est presque contre moi que je peux dire que David Guetta, j’ai vraiment bien aimé. Et qu’en fait, pour terminer ce festival, c’était juste parfait parce que j’en ai eu plein les yeux et plein les oreilles et que j’en suis repartie avec une patate d’enfer.

Ce festival fut un très bon cru pour moi. Je n’ai qu’une envie, c’est de recommencer l’année prochaine !! Et je ne saurai que trop remercier SFR Live de m’avoir permise de vivre cette dernière édition du Mainsquare !

Continue Reading