Ober Mamma : Parce que moi aussi, je veux essayer les adresses trendy parisiennes !

Ober Mamma

Depuis quelques mois, je vois fleurir un peu partout dans les blogs ou sur instagram, des images de personnes qui vont manger chez Ober Mamma. Je ne vous raconte même pas comment j’avais envie d’aller essayer. L’idée à commencer à germer un à deux mois avant ma venue à Paris et avec mon acolyte Christophe, on s’est dit qu’on devrait aller tester mais dilemme, à la base, je n’étais disponible qu’une seule fois et on avait du mal à choisir entre des ramens et aller essayer ce restaurant italien. Le hasard a fait que finalement j’étais disponible à déjeuner et au diner. Ni une ni deux, on s’est fait les ramens le midi et du soir, on se retrouvait à Ober Mamma.

Nous savions que le restaurant ne prenait pas de réservations, donc on était un peu « inquiets » de se retrouver à manger à 21h. Mais comme j’étais libérée de mes rendez-vous dès 17h30, je peux vous dire que j’ai directement pris le métro direction Oberkampf pour être présente dès l’ouverture du restaurant (il ouvre dès 18h) en disant à Christophe de me retrouver là-bas dès qu’il peut quand il aura fini (oui parce que tout le monde n’est pas forcément en goguette en pleine semaine – #vismaviedeblogueuse). Pourquoi je voulais y être dès 18h ? Parce que je lisais partout que c’était LA galère pour y manger. Et franchement, j’ai bien fait d’y aller aussi tôt, je suis arrivée devant vers 17h50, et il y avait déjà des gens qui attendaient (et pas que des parisiens, il y avait même des touristes étrangers) !

Les portes s’ouvrent, une charmante dame nous explique que le bar à cocktails est libre d’accès mais que pour ceux qui veulent manger, il faut s’inscrire sur la liste et qu’à partir de 19h, il suffira de venir dans l’entrée et on nous appellera pour nous mener à notre table. Je m’inscris donc pour le 1er service à 19h et me dirige au bar pour attendre Christophe. Je découvre un lieu vraiment charmant, j’aime beaucoup la déco et le mobilier. Le bar est vraiment très joli. Je m’installe et tout de suite on me donne la carte des cocktails. Tout me tente et j’ai trouvé les prix très très raisonnables pour Paris (9 – 10€ le cocktail, quasiment les mêmes prix qu’à Lille et limite moins chers qu’à Valenciennes – si si je vous jure).

Ober Mamma Bar à cocktails
Crédits photos @Renaud Cambuzat
Ober Mamma Basil Spritz
Crédits photos @Renaud Cambuzat

Je me commande donc un Basil Spritz. Qu’est-ce que c’est ? Alors sur la carte ça dit : Cinzano Bianco, caramel de pomme verte, basilic, prosecco, seltz. C’est frais, c’est bon, c’est très agréable à siroter en attendant Christophe. Quand on me sert mon verre, on me donne une petite assiette et on m’explique que c’est pour aller me faire servir des petites choses à grignoter pour l’apéritif. Aaaah, d’accord, c’est le fameux Aperitivo de 18h à 20h où on peut déguster à volonté des produits italiens. Aujourd’hui, il y avait donc de la mortadelle, des olives vertes et du parmesan. Comment vous dire, habituellement, je ne suis pas une grande fanatique de la mortadelle mais là, tranchée très finement, c’était un délice. Et les olives vertes, rien à voir avec celles que je mange habituellement. Et je vous parle même pas du parmesan.

Ober Mamma Aperitivo

J’attends donc Christophe, assise au bar tout en dégustant cette petite assiette. Je vois l’Ober Mamma se remplir progressivement. Le lieu est rapidement bondé. Des personnes qui arrivent directement en groupe, d’autres qui comme moi sont en éclaireur et attendent les personnes qui doivent les accompagner. Contrairement au moment où je suis arrivée, il y a la queue pour aller se servir pour l’aperitivo. Je suis bien contente d’être arrivée très tôt parce que de ce fait, j’ai une place assise (#mamieforever). Il est presque 19h, je vois Christophe franchir la porte d’entrée. Je paye ma consommation et il est beaucoup plus simple que j’aille le rejoindre dans l’entrée parce que j’ai un peu de mal à voir comment il pourrait réussir à se frayer un chemin dans la masse de personnes qui s’agglutinent dans la zone du bar.

Ober Mamma
Crédits photos @Renaud Cambuzat

On se retrouve donc à l’entrée du restaurant où se trouve la cave. J’aime beaucoup cette façon de présenter les vins. Il est pratiquement l’heure d’aller manger. On voit des serveurs qui commencent à s’agiter, puis deux viennent grimper à l’échelle. Commence un décompte à partir de 10 et ils nous annoncent que le restaurant est maintenant ouvert. On se met tous en file, puis on s’annonce à la personne qui tient la liste et c’est parti.

Ober Mamma
Crédits photos @Renaud Cambuzat

On passe dans ce couloir avec au-dessus de nos têtes accrochées toutes sortes de jambons et charcuteries. Au bout du couloir, on voit la cuisine ouverte sur la salle et les cuisiniers en train de s’affairer. Et au bout de ce couloir, on arrive dans la grande salle.

Ober Mamma
Crédits photos @Renaud Cambuzat

Nous sommes installés à une table que vous pouvez voir sur la photo (en-dessous des miroirs où vous voyez la banquette – évidemment, j’ai pris la banquette :p). Une verrière se trouve au plafond, et la lumière est beaucoup plus tamisée. Le lieu est charmant quoiqu’un peu bruyant. Malgré tout, ce n’est pas pour autant qu’on entend forcément les conversations d’à côté (ce qui parait un peu étrange étant donné qu’on doit quand même hausser le ton pour parler à son vis-à-vis).

On découvre la carte sur nos sets de table et franchement, on a envie de tout goûter. Avec Christophe, on décide de goûter des produits italiens (on goûtera à leur cuisine une autre fois – mais si, on y retournera). On prend un peu de tout, de la mozzarella di buffala DOP (DIVINE), une grosse burrata (que j’ai mangé toute seule en fait alors que sur la carte, il précise que c’est pour deux personnes parce qu’elle fait 250g – oui, je suis un estomac sur pattes – mais elle était juste parfaite), du parmesan (parmigiano 30 mesi bio), des olives vertes, de la coppa « capocollo di cinta senese », du lonzino al vinsanto (un type de jambon très maigre que je ne connaissais pas, et c’est vraiment très très bon) et du jambon culatello « del fondatore » qui est une véritable tuerie, du jambon fondant à souhait, rien qu’en y repensant, je veux en remanger ! Pour accompagner tout ça, on avait aussi pris une pizza blanche au romarin, ce qui est quand même vachement mieux que pain.

Comment vous dire. Je pense qu’Ober Mamma n’avait pas prévu qu’on prenne autant de produits à déguster parce qu’on a un peu galéré sur la table. On n’avait plus de place et quand on avait fini une assiette, on était presque content de libérer un peu de place sur la table pour mieux manoeuvrer ;)

Pour le dessert, comme on n’en pouvait plus, on a décidé de prendre le classique Il tigramisu mais une part pour deux. Ce qui est sympathique c’est qu’il y a un serveur avec un plat qui vient vous servir votre part à table. Je crois que c’est un des meilleurs tiramisu que j’ai pu manger. Léger, goûteux, c’était parfait pour clore ce diner.

Ober Mamma est à mon goût une excellente adresse. « Victime » de son succès, pour manger tôt, le fait qu’ils ne prennent pas de réservation complique les choses quand on travaille ou alors faut accepter de manger plus tardivement parce que je pense qu’il est possible de réussir d’y manger pour le 2nd service. Il y avait vraiment beaucoup beaucoup moins de queue quand on est parti. Les prix sont plutôt raisonnables et de ce que j’ai vu, les pizzas sont juste IMMENSES et les recettes de pâtes ont vraiment l’air bonne. Ce fut une excellente expérience et j’ai très envie d’y retourner !

Ober Mamma
107 boulevard Richard Lenoir, 75011 Paris

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

5 commentaires

  1. il faut s’armer de patience pour pouvoir rentrer mais une fois qu’on y est tout y est bon et beau. Je n’ai pas encore essayé les petits plats, seulement une pizza et elle était succulente!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *