OPI : Glints of Glinda & Which is Witch ? / Oz The Great and Powerful – Holo glitters <3

OPI : Glints of Glinda & Which is Witch ? / Oz The Great and Powerful Je vais commencer par vous parler des deux vernis que je préfère dans la collection OPI d’Oz The Great and Powerful.

Cette collection constitue donc la collec Soft Shade de cette année. On se retrouve avec 3 vernis dans les genres nude & jelly et 3 vernis « top coat » pailletés (avec en plus un liquid sand que je vous ai déjà montré).

Mon choix s’est donc porté sur Glints of Glinda avec Which is Witch ?.

Glints of Glinda est un genre de beige un peu rosé mais qui reste dans les tonalités jaunes. De ce fait, il est parfait pour ma carnation. Quand je porte des rosés trop froids, c’est pas terrible. Ici, la teinte restant chaude, ça en fait le nude parfait. Et pourtant, au tout début, quand j’ai vu la teinte, je me suis dit que ça allait pas être possible parce que franchement, j’ai toujours des gros doutes sur les vernis nude sur moi.

OPI : Glints of Glinda & Which is Witch ? / Oz The Great and Powerful Which is Witch est typiquement le genre de vernis que j’adore. Des paillettes holographiques en veux-tu en voilà. De fines et courtes baguettes, et trois dimensions de paillettes rondes. Autant le dire, ça en jette à mort.

J’ai donc fait le pocidoigt qu’avec Which is Witch et j’ai fait un dégradré sur les autres ongles.

Sur les photos, je porte donc :

– trois fines couches de Glints of Glinda sans top coat (parce qu’il brille très bien tout seul – merci la texture jelly)
– 3 couches de Which is witch sur l’annulaire et toujours sans top coat parce qu’il est plutôt lisse sous le doigt, donc pas besoin de rajouter encore une couche de vernis.

OPI : Glints of Glinda & Which is Witch ? / Oz The Great and Powerful Pour l’application, il n’y a rien de particulier à dire. Le Glints of Glinda vous fera peut-être peur sur les deux premières couches (enfin si ça se trouve, en fonction de l’épaisseur de vos couches vous n’en aurez peut-être besoin que de deux). En tout cas, moi, au début, j’avais l’impression que j’allais laisser des traits de pinceaux tout le temps. Le vernis étant du genre un peu laiteux ça faisait des différences d’épaisseur. Et finalement, à la dernière couche, ça a disparu.

Le Which is Witch, pour l’application y a vraiment rien à dire. Un vernis à paillettes qui s’applique comme un charme. Texture pas trop épaisse et tout et tout. Bref, un plaisir.

Pour la tenue, facile 4-5 jours. Au-delà, je voyais que le vernis était en train de se décoller et qu’il manquait plus qu’un petit coup pour faire un gros éclat. Ma foi, je suis plutôt satisfaite de cette tenue !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *